• Les installations solaires ne sont pas auto-nettoyantes. Comme l’eau de pluie ne suffit pas à  nettoyer les vitres de nos maisons, ou de nos voitures, elle ne débarrasse pas non plus, les capteurs solaires de la pollution urbaine (gaz d'échappements, scories de cheminées..), agricoles (labours, moissons, épandages..), et naturelles (fientes d'oiseaux, pollens, pluies du Sahara, embruns maritimes chargés de sel),  qui s'accumule au fil du temps. Il en résulte qu'une partie de la lumière du soleil est retenue par la poussière, ce qui se traduit par une perte  de production d'énergie électrique .Une couche de  poussière de 4mm d’épaisseur par mètre carré diminue la conversion d'énergie solaire de 40 % (Enerzine.com publié le 30/08/2010).
  • Le  nettoyage des cadres et  des bordures protège la structure des modules prévenant  à la longue tout problème de désolidarisation de leur cadre  qui induirait une infiltration et favoriserait les risques électriques.
  • Les installations solaires sales démarrent avec du retard, et affichent  une perte de rendement jusqu’à 15% par perte d'ensoleillement sur les cellules photovoltaïques.
  • Le nettoyage de son installation  solaire pérennise et sécurise son investissement qui doit rester opérationnel pendant  au moins   20 ans !
  • Le nettoyage de son installation  solaire booste  et optimise ses performances de production d’électricité  ce qui implique une augmentation de ses recettes EDF.
  • Les frais de nettoyage sont couverts par le rendement supplémentaire.